Infos sûres

Nous sommes heureux de vous accueillir sur notre blog,la discipline,vérité et crédibilité sont nos priorités pour une info réelle.

samedi 29 août 2015

Guinee equatoriale: Teodorin Nguema Obiang preoccupe pour le nombre excessif de personnes sans emploi

MALABONews-Malabo(Guinee equatoriale)-Le nombre de sans emploi (sans chiffres precis, mais des milliers) est de plus en plus grandissant ces derniers jours en Guinée équatoriale à cause du départ des entreprises étrangères qui n’ont plus de chantiers ou activités faute d’argent pour les payer indiquent les sources concordantes. 
A l’origine de cette situation, la crise économique qui frappe le pays suite à la chute du prix de baril du pétrole sur le marché international et le non respect de la loi du travail par les entreprises chinoises fortement présentes qui exécutent encore les grands travaux du gouvernement.
Selon la loi du travail, les entreprises doivent recruter 10% du personnel étranger, ce qui n’est pas le cas chez les Chinois qui font venir le total de leurs employés de la Chine.
Face a cette attitude, le deuxième vice-président de la république chargé de la défense et de la sécurité  Teodoro Nguema Obiang a frappé le point sur la table et a lors  d’une réunion  appelé le premier ministre en charge de la coordination administrative Vicente Ehate Tomi et le ministre de l’emploi et prévoyance sociale Heriberto Meco Mbegono de trouver d’urgence  les mesures alternatives pour offrir d’emploi aux milliers de désœuvrés  qui vaguent actuellement dans les tous coins du pays.
La  popularité du gouvernement de Malabo est en forte baisse  puis que le pays s’enfonce dans la crise.
Malabo éprouve de sérieuses difficultés financières depuis la chute du prix de baril sur le marché international, il a même perdu 58% de recettes prévues ce qui a provoqué des chamboulements dans son budget 2015, obligé alors d’être revu à la baisse.
L’économie de la Guinée équatoriale dépend à 90% des hydrocarbures notamment le pétrole et le Gaz.
Le gouvernement est donc visiblement dos au mur et  craint le soulèvement des sans emploi, une situation difficile pour le régime à l’approche de l’élection présidentielle.
SOM/


mercredi 26 août 2015

Guinée Equatoriale-politique-Opposition :un nouveau parti d’opposition légalisé, Union du Centre Droit (UCD)


MALABONews-Malabo(Guinée équatoriale) - Le gouvernement de Guinée équatoriale a «  légalisé »  le parti d’opposition Union du Centre Droit (UCD) selon un décret lu mercredi à la radio nationale portant ainsi à 14 le nombre des partis politiques légalisés dans le pays.
« Apres vérification des documents ou dossier et à la proposition du ministère de l’intérieur, j’octroie la reconnaissance légale au parti Union du Centre Droit (UCD) » a indiqué le décret signé Teodoro Obiang Nguema président de la république et lu mercredi à la radio nationale.
 Gabriel Nse Obiang Obono apparemment opposant sérieux au régime  et leader du parti non légalisé Candidature Indépendante (C.I) a dénoncé le 18 aout dernier les «  manœuvres »par le  gouvernement visant à empêcher la légalisation de son parti
Gabriel Nse Obiang Obono dont le gouvernement demande de changer le  nom de « Candidature Indépendante C.I) »afin  que son parti soit  légalisé  puis que ce nom provoque la confusion dans l’échiquier politique nationale selon le premier ministre Vicente Ehate Tomi.
M. Nse Obiang Obono a par ailleurs  dénoncé la violation des textes et  le non respect des accords du dialogue politique national de novembre 2014 notamment la légalisation de tous les partis qui n’étaient pas encore légalement reconnus.
Malabo avait accepté de légaliser les partis qui le souhaiteraient  lors du dialogue politique boycotté par une partie de l’opposition qui avait justifié leur départ de la table du dialogue par le mangue d’un dialogue « Franc et sincère » coté gouvernemental.
Le président Teodoro Obiang Nguema a annoncé sans donner la date ni les noms  qu’il va « légaliser deux nouveaux partis politiques »le 3 juillet dernier  a Acurenam centre Sud qui était la cinquième étape de sa tournée nationale réalisée entre le 27 juin et le 18 juillet.
Les états unis à travers le département d’état Américain via son ambassadeur à Malabo Mark Asquino ont  appelé en avril dernier les autorités équato-guinéennes à respecter les accords du dialogue politique national en légalisant les partis encore non légalisés comme elles avaient décidé.
Les USA ont aussi demandé à Malabo d’abandonner d’harceler les opposants politiques dont certains confinés dans leur village tel est le cas de Guillermo Nguema du Force démocrate républicaine (FDR) selon un communiqué. 
La Guinée équatoriale avait jusque là 13 partis politiques légalisés dont 10 forment la majorité présidentielle avec  le parti démocratique de Guinée équatoriale (PDGE) au pouvoir.

Le pays prépare la prochaine élection présidentielle en novembre 2016 et le président Teodoro Obiang Nguema au pouvoir depuis 36 ans selon son parti PDGE est candidat  à sa propre succession pour la quatrième  fois pour un mandat de sept ans. 
SOM/

mardi 25 août 2015

Teodorin, image de Guinea24Horas
MALABONews-Malabo(Guinée équatoriale)-Le deuxieme vice président de Guinée équatoriale en charge de la défense et de la sécurité Teodoro Nguema Obiang Mangue Alias Teodorin a été promu au grade du « colonel de l’armée de terre » selon un décret datant du 3 aout et rendu public dimanche sur les antennes de la radio nationale et la Radiotélévision Asonga propriété privée du concerné.
« Faisant usage des facultés que me confère l’article 41 incise H de la loi fondamentale, j'eleve au grade du Colonel de la force terrestre, le Lieutenant colonel Teodoro Nguema Obiang Mangue » précise le décret que l'on a obtenu lundi une copie.
Le décret fait état de la promotion du personnel  des forces armées et de la sécurité de l’état,a cette occasion seul Teodorin Nguema Obiang par ailleurs  fils du president Teodoro Obiang Nguema a été eleve  au plus haut grade cette fois contre les éditions précédentes ou les grades allaient jusqu’aux généraux.
Le décret en question entre dans le cadre des  promotions annuelles généralement accordée par le président Teodoro Obiang Nguema lors de la commémoration de son accession au pouvoir par un coup d’état baptisé coup de liberté célébré pour la 36e fois le 3 aout  dernier dans la nouvelle ville de Djibloho communément appelé Ayala dans le centre est.
Nommé en mai 2012 ,2e vice- président anticonstitutionnel en charge de la défense et de la sécurité par son père, Teodorin Nguema Obiang  est  pressenti dauphin de son père Teodoro Obiang Nguema au pouvoir en Guinée équatoriale depuis 36 années.
Tous les fils du président Teodoro Obiang Nguema ont de formation militaire et sont régulièrement promus au grade superieur dans les forces armées  et de  la sécurité de l’état (FAS).
A noter qu'au sein des forces armees et de la securite de Guinee equatoriale cette promotion de Teodorin suscite un grincement de dents car plusieurs  hommes en tenue denoncent le ''nepotisme'' du president de la republique Teodoro Obiang Nguema qui place ses enfants au plus haut rang et poste sans pourtant meriter et sans souffir comme ceux qui ne beneficient pas de ces promotions.
SOM/

lundi 24 août 2015

Guinee equatoriale-Politique-Opposition; Gabriel Nse Obiang Obono denonce les manoeuvres du gouvernement qui ne veut pas legaliser son parti,Candidature Independante C.I



MALABONews-Malabo(Guinee equatoriale)-Le leader du parti de l’opposition, Candidature indépendante(CI), Gabriel Nse Obiang Obono a dénoncé mardi à Malabo « Les manœuvres » et le non respect par le gouvernement des accords du dialogue politique national de novembre 2014  qui bloquent la légalisation de son parti et des autres.
« Je ne comprends pas les manœuvres du gouvernement, il ne respecte pas les accords du dialogue politique avec l’opposition, le dossier pour légaliser notre parti réunit toutes les conditions requises, mais maintenant il nous demande de changer le nom de notre parti Candidature indépendante (CI) »a expliqué Gabriel Nse Obiang Obono.
Le nom Candidature indépendante doit être changé pour éviter la confusion dans l’échiquier politique nationale » peut-on lire sur un document que le premier ministre équato-guinéen a envoyé au leader du parti Candidature Indépendante datée du 29 juin dernier.
« Le nom de notre parti n’est pas négociable car notre parti a ce nom depuis 10 années aujourd‘hui, c’est le nom par lequel nos militants, sympathisants et la communauté internationale nous connaissent » a déclaré Gabriel Nse Obiang venu de l’Espagne lors du dialogue nationale après 13 ans d’exil.
Pourtant selon la loi fondamentale dans son article 9 et la loi des partis politiques articles 2, 3, et 4 qui régissent l’adoption du nom d’un parti politique, l’appellation « Candidature indépendante » ne viole aucune des ces lois selon leurs termes.
« Les partis politiques de Guinée équatoriale ne doivent pas avoir la dénomination identique, le ne doit être basé sur l’ethnie, tribu, religion, région, condition sociale »précisent par exemple  les textes.
Le gouvernement de Malabo a accepté légaliser tous les partis non légalisés qui le souhaitent lors du dialogue politique national entre Gouvernement ,l’opposition interne+ la diaspora tenu à Malabo entre le 7 et 15 novembre 2014 dans le but de résoudre «  les problèmes politiques et favoriser la réconciliation nationale ».selon le président Teodoro Obiang Nguema
Depuis lors, aucun nouveau parti n’a été  encore légalisé, l’opposition dénonce par ailleurs la «  violation des accords et lois »  par le régime de Malabo.
« Les souhaits et la volonté du président Obiang font les lois de Guinée équatoriale » a dénoncé Gabriel Nse Obiang Obono car le président Obiang s’en fout des textes a –il poursuivi.
« Si les accords du dialogue ne sont pas encore accomplis ce n’est pas une surprise, le président Obiang est cynique et il convoque des farces comme ca pour tromper la communauté internationale alors qu’il n’y aucune réelle volonté de favoriser la démocratie dans ce pays » a déclaré Andres Esono Ondo secrétaire général du principal parti d’opposition CPDS qui avait abandonné au deuxième jour la table de dialogue avec d’autres partis pour « manque de volonté à établir un dialogue franc et sincère » coté gouvernement
Pour sa part la coalition d’opposition pour la restauration d’un état démocratique (CORED) dont les membres vivent en Europe au Cameroun et Gabon, absent au dialogue exige  le départ du pouvoir du président Obiang pour «  l’alternance en Guinée équatoriale et pour finir avec la dictature » a expliqué son secrétaire général Raimundo Ela.
L’opposant historique Severo moto Nsa absent au dialogue malgré l’amnistie générale décrétée en faveur des personnes condamnées ou poursuivies  pour des raisons politiques et exilés ailleurs qui a précédé le dialogue, le leader du parti du progrès (PPGE) avait indiqué que rien n’allait changer la donne tant que le président Obiang est encore au pouvoir.
« Si  les accords du dialogue restent lettre morte, nous allons demander l’annulation de ce dialogue au profit d’une conférence nationale  qui verra la participation de tous les fils du pays pour exiger le départ  d’Obiang, pour qu’il ne se représenter plus  à l’élection présidentielle de novembre 2016 »a déclaré Gabriel Nse Obiang Obono.
Difficile de savoir le nombre de parti qui ont présenté leur dossier pour la légalisation après le dialogue politique national.
Le président Teodoro Obiang Nguema a annoncé sans donner la date ni les noms  qu’il va « légaliser deux nouveaux partis politiques »le 3 juillet dernier  a Acurenam centre Sud qui était la cinquième étape de sa nationale entamée le 27 juin et achevée le 18 juillet.
Les états unis a travers le département d’état Américain via son ambassadeur à Malabo Mark Asquino a appelé en avril dernier les autorités équato-guinéennes de respecter les accords du dialogue politique nationale en légalisant les partis encore non légalisés.
Les USA ont aussi demandé à Malabo d’abandonner d’harceler les opposants politiques selon un communiqué des USA que l'on  a obtenu la copie. 
SOM/      


lundi 17 août 2015

Guinee equatoriale: ''une banque centrale et une monnaie commune Africaine a l'horizon 2025 ou 2030'' Lucas Abaga Nchama, gouverneur BEAC

MALABONews-Malabo(Guine equatoriale)-Le gouverneur de la Banque des états de l’Afrique centrale BEAC Lucas Abaga Nchama porté à la tête de l’association des banques centrales Africaines ABCA à l’occasion des 38 e assises  annuelles à Malabo a dit qu'il « ne  ménagera des efforts  pour mener a bon port le projet de la création d’une banque centrale et une monnaie commune Africaine d’ici horizon 2025 à 2030 ».
Lucas Abaga Nchama qui va occuper ce poste pendant une année  présidera également la conférence des superviseurs des banques centrales Africaines a indiqué aussi « veiller à la convergence des économies Africaines » pour atteindre l’objectif de la création d’une  banque et monnaie commune Africaine.
Lucas Abaga Nchama a indiqué que parmi les priorités de sa feuille de route, « Il veillera à l’interconnexion des systèmes de paiement des banques Africaines » avant de préciser que une monnaie commune favorisera la multiplication des  échanges interafricaines ».
La Banque des états de l’Afrique centrale BEAC et la banque centrale de la république démocratique du Congo RDC ont signé au terme du conseil des gouverneurs de l’ABCA vendredi , une convention de coopération sur le « contrôle  bancaire et surveillance des opérations bancaires dans le but de maintenir la stabilité financière en Afrique » a indiqué à la conférence de presse le gouverneur de la Banque centrale de la RD Congo  Diaogratias  Mutombo.
 A l’issue de la signature de cette convention entre le gouverneur de la BEAC qui regroupe six états de la communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC) a savoir le Cameroun, le Gabon, la Guinée équatoriale ,le Tchad, la République centrafricaine et le Congo Brazzaville et celui de la Banque centrale du RD Congo (BCC) ont convenu que ladite convention servira de « prévenir les risques systémiques des groupes de banques transfrontaliers »
« Cette accord sud-sud est aussi pour mieux contrôler l’activité des banques, afin de freiner par exemple le financement du terrorisme » a expliqué Lucas Abaga Nchama
Selon Lucas Abaga Nchama l’Afrique pourrait devenir la première puissance économique mondiale en 2050 si les banques et les états respectent les critères financiers et économiques, la diversification des économies Africaines est aussi envisagée pour y arriver a-t-il recommandé.
L’association des banques centrales Africaines ABCA créée en 1965 après le veut émis par l’organisation de l’unité ,  Africaine  (OUA),actuelle, union Africaine UA en 1963 de créer une banque centrale et une monnaie commune Africaine l'ABCA tiendra ses 39e assises annuelles a Abuja au Nigeria en 2016 et le Nigeria occupe actuellement la vice-présidence de l’ABCA.
les 38e assises de l'ABCA se sont tenues a Sipopo Malabo du 10 au 14 aout 2015.
SOM/

jeudi 13 août 2015

Guinee equatoriale: ouverture jeudi a Sipopo Malabo d'un symposium sur" l'independance des banques Africaines" par l'association des banques centrales Africaines (ABCA)



MALABONews-Malabo(Guinee equatoriale)-Le  symposium organisé à cette occasion sous le thème «  L’indépendance des banques centrales ; mythe ou réalité » dans un contexte marqué par la chute du prix de baril du pétrole sur les marchés internationaux déroulé jeudi à Sipopo Malabo dont la cérémonie d’ouverture a été présidée par le ministre équato-guinéen des finances et du budget a invité les banques centrales Africaines a ne plus s’intéresser qu’à la politique monétaire et financière mais aussi a être les conseillères économiques et financières des pays Africains
Lucas Abaga Nchama gouverneur de la banque des états de l’Afrique centrale BEAC  et vice président de l’association des banques centrales Africaines ABCA a dressé un bilan plus au moins positif de la situation des banques Africaines mais surtout de la  banque de l’espace de la communauté économique et monétaire d’Afrique centrale CEMAC qui fait  tout pour résister à la déstabilisation financière.
Le thème du symposium qui est je cite l’indépendance des banques Africaines : un mythe ou réalité suscite beaucoup d’interrogations surtout quand on sait que la France est encore membre des conseils d’Administration de la Beac en Afrique centrale et la Bceao en Afrique de l’ouest à cause de l’utilisation encore du Franc  des colonies Françaises d’Afrique (FCFA)
Ce vendredi Le conseil des gouverneurs des banques centrales de cinq sous régions d’Afrique examinera « la création d’une banque centrale Africaine et une monnaie commune Africaine ».Le conseil des gouverneurs examinera également  les progrès enregistrés ces dernières années en matière de coopération monétaire et financière.
Les assises des banques centrales Africaines ABCA que la BEAC accueille à Malabo capitale de Guinée équatoriale permettront de formuler les recommandations sur « Les crises financières et de manière générale l’instabilité des banques » souligne le communiqué signé Lucas Abaga Nchama gouverneur de la banque des états de l’Afrique centrale BEAC.
On ne sait donc  pas  si la mise en marche du Fond monétaire Africaine dont les statuts ont été approuvés lors du dernier sommet de l’Union Africaine en Afrique du Sud  sera aussi abordé par les banquiers Africains qui à
  L’issue de leurs assises prendront d’importantes décisions en faveur de l’Afrique pour son indépendance monétaire et financière.
SOM/

mercredi 12 août 2015

Guinee equatoriale:la creation d'une banque centrale et une monnaie commune Africaine passe a l'exemen par des banquiers Africains aux assises de l'association des banques centrales Africaines ABCA a Malabo

MALABONews-Malabo(Guinee equatoriale)-Le conseil des gouverneurs des banques centrales de cinq sous régions d’Afrique examinera « la création d’une banque centrale Africaine et une monnaie commune Africaine »lors de sa réunion le 14 aout prochain en marge des assises  2015 de l’association des Banques centrales Africaines (ABCA) que Malabo accueille du 10 au 14 selon un communiqué de la Banque des états de l’Afrique Centrale BEAC.
« Le conseil des gouverneurs examinera les progrès enregistrés ces dernières années en matière de coopération monétaire et financière dans la perspective de la création d’une banque centrale et une monnaie commune Africaine » indique un communiqué de la BEAC que Malabonews a obtenu la copie.
Un symposium sous le thème «  L’indépendance des banques centrales ; Un mythe ou une réalité » dans un contexte marqué par la chute du prix de baril du pétrole sur les marchés internationaux se tiendra le 13 aout à Sipopo Malabo
Les assises des banques centrales Africaines ABCA que la BEAC accueille à Malabo capitale de Guinée équatoriale permettront de formuler les recommandations sur « Les crises financières et de manière générale l’instabilité des banques » souligne le communiqué signé Lucas Abaga Nchama gouverneur de la banque des états de l’Afrique centrale BEAC.
Difficile de savoir si la mise en marche du Fond monétaire Africaine(FMA) dont les statuts ont été approuvés lors du sommet de l’Union Africaine en Afrique du Sud en juin dernier sera aussi abordé par les banquiers Africains.
SOM/