Infos sûres

Nous sommes heureux de vous accueillir sur notre blog,la discipline,vérité et crédibilité sont nos priorités pour une info réelle.

samedi 29 juillet 2017

CEMAC-Allemagne-Mines:la CEMAC se dote d’un code minier communautaire



    Un code minier pour l’espace CEMAC                      







La commission de la communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC) et le projet de renforcement pour la gouvernance des matières premières REMAP de la coopération Allemande pour le développement (GIZ) ont présenté vendredi à Douala au Cameroun le code minier communautaire.

La rencontre de Douala a été également une occasion  pour une concertation autour de ce code minier communautaire  entre les experts élaborateurs, la CEMAC et le REMAP.

La mise en vigueur de ce code minier, un  véritable outil d’intégration communautaire viendra  contribuer  à la diversification des économies de six pays de la CEMAC à savoir le Cameroun, le Gabon, La Guinée équatoriale, le Congo Brazzaville, le Tchad et la Centrafrique.

Le code minier communautaire est impatiemment attendu car il permettra la transparence dans la gestion des recettes tirées de l’exploitation des mines et mettre un terme aux conflits liés aux mines et suscitera aussi la répartition équitable et raisonnable en faveur des populations riveraines des zones d’exploitation des mines qui vvivent souvent dans l’extrême pauvreté.

Le code minier communautaire de la CEMAC regorge donc par exemple, le régime minier et obligations socio-environnementales, le régime fiscal,  douanier et de charge.

« j’invite à la plus grande objectivité et grande circonspection dans l’examen de l’esquisse du code minier et plus particulièrement les parties concernant le régime minier général, le régime fiscal et douanier , le régime des changes et le contentieux minier » a indiqué Gregory Lionel Biyina directeur de  cabinet  du président de la commission de la CEMAC qu’il représentait à l’ouverture de la rencontre pour la présentation de l’esquisse du code minier communautaire à Douala .

« Le projet de doter la CEMAC d’un code minier communautaire constitue un axe prioritaire du projet REMAP, qui appuie les états membres de la CEMAC dans l’harmonisation et l’élaboration des politiques et législations communautaires dans le domaine des industries extractives » a déclaré à cette occasion le conseiller principal du REMAP, Michael Neumann.

L’étude de l’élaboration du code minier communautaire pour les six états de la CEMAC a été lancée en mai 2016, l’objectif global est  de développer et de proposer  sur la base des lois déjà en vigueur dans les pays de la CEMAC un code minier communautaire adapté aux principes de la vision minière Africaine. 

Le contrôle et l’exploitation des mines sont source de conflits dans certains pays d’Afrique subsaharienne comme en République démocratique du Congo RDC et provoquent des tueries fratricides.
SOM/

jeudi 27 juillet 2017

Guinee equatorial-Presse-expulsion-journaliste:le journaliste eindependant Samuel Obiang Mbana expulse sans motif de la conference de presse du ministre de l'interieur Clemente Engonga Nguema Onguene



Malabonews- Malabo (Guinée équatoriale) Le journaliste indépendant de guinée équatoriale, Samuel Obiang Mbana que suis, correspondant d’Africa N°1, AFP, DW, Africaines à Malabo en Guinée équatoriale a été expulsé mercredi de la conférence de presse du ministre de l’intérieur par ailleurs président de la commission nationale électorale Clemente Engonga Nguema Onguene   .
Le motif de l’expulsion à cette conférence de presse n’a été notifié au  journaliste victime qui vous informe a travers mon blog d’informations générales sur la Guinée équatoriale.
Apres une heure d’attente à la salle pour le début de la conférence sans me dire que le ministre ne veut pas les organes de presse que je représente, mais au début de la conférence dans la salle ou elle s’est tenue, c’est en ce moment que l’attaché de presse de ce  ministère me communique que « le ministre n’a pas accepté que tu sois ici »
Je lui ai demandé pourquoi ?, il a rétorqué, « le ministre a dit qu’il ne veut pas Africa N°1, sors pardon viens sortir » a indiqué Florencio Ondo Nkumu l’attaché de presse au ministère de l’intérieur.
Cependant il est souhaitable que  le ministre de l’intérieur, Clemente Engonga Nguema Onguene  nous laisse savoir réellement les raisons de cet acte anti presse et la violation de la loi de presse , imprimerie et communication audiovisuelle de Guinée équatoriale  qui stipule que les autorités ou pouvoirs publics sont tenus de fournir l’information publique aux journalistes ou à la presse.
L’agissement ou l’acte est également contraire à  la constitution qui indique que la population a droit à l’information de caractère public.
Le ministre a convoqué la presse pour se prononcer sur l’absence  du parti de l’opposition, Citoyens pour l’innovation(C.I) dans la commission formée des représentants du gouvernement et des représentants des partis politiques légalisés dans le pays pour sensibiliser la population sur le recensement électoral qui commence du 1er jusqu’au 13 aout.
Il était aussi question d’informer sur le processus électoral en vue des élections législatives, sénatoriales et municipale d’avant décembre 2017
A titre de rappel, le 23 juin dernier j’ai été brièvement interpellé par la police pour avoir couvert un rassemblement de deux partis de l’opposition qui actaient leur coalition électorale.
La carte mémoire de mon appareil photo a été retirée et ne m’a été redonnée jusqu’aujourd’hui.
Je ne voudrai pas revenir ici sur les arrestations, menaces, intimidations, harcèlement ou persécutions dont je suis victime à cause de mon travail de journaliste.
Voila donc quelques difficultés et déboires dont je rencontre dans le cadre de mon exercice de journaliste en guinée équatoriale.
Face à toutes ces actions ou mots  néfastes sur le journaliste parce qu’il fait son travail, je viens par cette occasion demander qu’où est mon péché ou délit ?; pour être journaliste , parce que refuser la manipulation par les politiques, parce que rechercher que la vérité, parce que refuser les collaborations anti déontologiques et étiques ? etc. .
La présence d’un journaliste digne de ce nom est synonyme d’un danger public pour plusieurs du régime de Malabo.
J’appelle davantage à la conscience des uns et les autres en Guinée équatoriale et dans le monde sur le rôle ou travail de la vraie presse ou presse libre en faveur du développement et de la démocratie.
SOM/

mercredi 7 juin 2017

Guinee equatoriale-Gabon-OSC-CEMAC-Allemagne: les OSC de la guinee equatoriale et du gabon sont a l'ecole de la bonne gouvernance a Malabo

jeudi 4 mai 2017

Guinée équatoriale/ Quatre jours sans Taxis dans les rues où le transport public est inexistant

Malabonews-Malabo(Guinee equatoriale)-
Les habitants de Guinée équatoriale payent le prix fort du bras de fer qui oppose le gouvernement aux chauffeurs de Taxi au sujet de la documentation.
Depuis trois jours les Taxis ne circulent pas dans les rues, l’impact est donc grand car la majorité des habitants se déplacent souvent par Taxis à cause du manque d’un système de transport public.
Tout a commencé par une grève sans précédent de chauffeurs de Taxi, mardi à Malabo, les grévistes demandent au gouvernement « la réduction des prix et la quantité de la documentation » pour leur service.
La grève était prévue durée trois jours mais au deuxième jour, coup de théâtre , puisque le ministre de l’intérieur a lui de son coté crée la surprise en signant un arrêté interdisant la circulation de Taxi sur tout le territoire national pendant 72h pour se procurer d’une « autorisation spéciale de circulation » pour ceux qui souhaitent reprendre le service mais sans se prononcer sur les griefs des chauffeurs de Taxi.
Lors de son apparition à la télévision mercredi soir, le ministre de l’intérieur Clemente Engonga Nguema Onguene a au nom du gouvernement refusé toute discussion ou dialogue avec les chauffeurs de Taxi en les qualifiant de « délinquants et criminels » qui agressent, maltraitent et tuent la population avant d’accuser que ces derniers sont incités par l’opposition dite radicale et d’autres personnes à l’étranger.
Cette absence de Taxis dans les rues de Malabo la capitale par exemple a des conséquences déplorables tant sur le plan social, économique et éducatif
Plusieurs voitures ont été immobilisées et quelques chauffeurs ont été arrêtés
NB- C’est la première grève de cette ampleur en Guinée équatoriale ou le régime défend depuis 38 années bec et ongles son pouvoir en réprimant tout ce qui veut bouger pour revendiquer son droit.
SOM/

mercredi 3 mai 2017

Guinee equatoriale-Taxi-gouvernement-greve: deuxieme jour sans Taxi a Malabo, le gouvernement complique la situation

Malabonews-Malabo(Guinee equatoriale)-Le gouvernement de guinée équatoriale a interdit mercredi la circulation des voitures réalisant le service Taxi sur tout le territoire national et a donné un délai improrogeable de 72 heures pour prendre une « autorisation spéciale » au ministère de l’intérieur pour ceux qui souhaitent reprendre ledit service alors que les chauffeurs de taxi ont entamé mardi à Malabo une grève de trois jours pour demander la «  baisse des prix et réduction de la quantite de documents » pour leur service.

« Il reste interdit la circulation de Taxis sur tout le territoire national et on concède un délai improrogeable de 72h pour que tout véhicule réalisant le service Taxi qui souhaite circuler sur les routes nationales doit prendre nécessairement une autorisation spéciale » a indique le ministre de l’intérieur dans un communiqué lu a la Télévision nationale.

L’autorisation spéciale en question est « Gratuite » et sera livrée par le directeur générale de la sécurité routière à Malabo et par les gouverneurs, préfets et sous préfets dans les autres villes selon le même communiqué.

A Malabo les chauffeurs de Taxi dénoncent un coup de théâtre alors que certains diplomates en poste à Malabo contactés déplorent le manque d’esprit de dialogue des autorités pour trouver une solution convenable au bras de fer qui les oppose aux chauffeurs de Taxi.

Le communique ne dit rien sur les griefs des chauffeurs de Taxi.

Cependant le gouvernement qualifie les chauffeurs de Taxi d'habituels délinquants et les accuse d’avoir paralysé à leur gré et risques leur activité quotidienne pour laquelle le gouvernement reconnait leur fonction contributive pour l’amélioration du bien être personnel, familial et social peut-on lire sur le communiqué signé Clemente Engonga Numa Onguene, ministre de l’intérieur.

L’absence de Taxi a donc des conséquences déplorables sur le quotidien des habitants, comme chute de recettes journalières chez certains, les élèves restent terrer chez eux, pénible de parcourir les kilomètres à pieds sous un soleil accablant ou sous une pluie etc.
SOM/

Guinee equatoriale-Greve-Taxi: Guinee equatoriale, la capitale Malabo sans Taxi pour une greve des chauffeurs; le calvaire est impitoyable pour la population

Malabonews-Malabo(Guinee equatoriale)-Les chauffeurs de Taxi de Malabo la capitale de Guinée équatoriale ont pour la première fois entamé mardi un arrêt de travail de trois jours pour contraindre le gouvernement de revoir à la «  baisse les prix et la quantité de la documentation » pour leur service dans un pays où la manifestation ou grève n’a jamais été permise.
« Si la direction de la sécurité soutière ne conclut pas un accord avec les taximan de la région insulaire, en réduisant le prix et la quantité de la documentation, les chauffeurs de Taxi arrêteront leur voiture de circuler le 2 mai à 6 heures » selon un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux.

« Nous arrêtons de travailler pendant trois, nous ne gagnons plus rien car il y a plusieurs documents qu’on nous demande et qui sont chers » a déclaré Esteban Nguema chauffeur de Taxi

L’absence du service Taxi a impacté sur les occupations à Malabo des uns et les autres comme les élèves, certains n’ont pas pu aller à l’école faute de moyen de transport, les fonctionnaires et autres personnes exerçant les petits métiers ont également subi le même sort selon les plusieurs d’entre eux  contactés.

« Ho ! C’est la souffrance regarde j’ai marché à pied puisqu’il n’y a pas de Taxi, de chez à la banque ou je sors ca fait 10km, je n’avais pas de choix puis que je n’avais plus rien dans ma poche comme argent » a déclaré Fabian Ngoa

Les rues et avenues de Malabo étaient désertes, sans Taxi depuis 6 Heures (5h GMT) avait-on  constaté .

Les voitures du service Taxi sans documentation sont traquees par  la police et forces armées et de la sécurité à la demande du vice président en charge de la défense et de la sécurité Teodorin Nguema Obiang suite a une rencontre avec les resposables du secteurs et autorites militaires et policieres avait diffuse la television d'etat.

Plusieurs équato-guinéens ont perdu l’emploi après le départ et la fermeture de plusieurs entreprises étrangères faute d’argent suite à l’effondrement du prix du baril du pétrole.

Deux  équato-guinéens sur trois qui avaient perdu l'emploi exercent déjà le métier de chauffeur de Taxi.

Le 3 avril dernier, les chauffeurs de Taxi de Bata capitale économique sur la partie continentale ont observé pour la première fois une journée d’arrêt de travail à cause de « l’insuffisance du carburant et la documentation ».

Le climat social est tendu en Guinée équatoriale depuis la chute du prix du baril du pétrole principale ressource du pays.
SOM/



Guinee equatoriale-Presse-censure: journee internationale de la liberte de la presse,Guinee equatoriale une presse au service du regime

mercredi 26 avril 2017

Guinée équatoriale-ONG-Arrestation-police:Enrique Asumu president de l'ONG CEID-GE arrete le 17 avril dernier a ete liberé mardi contre 2 millions de F.CFA

Malabo-Malabonews(Guinée équatoriale)-L'activiste de la société civile  équato-guinéenne Enrique Asumu arrêté  le 17 avril dernier à Malabo pour des « réunions clandestines »selon les autorités a été libéré  mardi contre une somme 2.000.000 FCFA exigé par les autorités comme sanction.
Alfredo Okenve deuxième activiste arreté ensemble avec Enrique Asumu est encore détenu et compte dejà 8 jours au commissariat de Malabo alors que la loi prévoit 72 heures, doit lui aussi payer la sanction de 2 millions de franc CFA pour retrouver sa liberté selon Me Fabian Nsue un des avocats citant les autorités policieres.

 « Alfredo Okenve est encore arbitrairement détenu, et pour son cas nous ne donnerons pas l’argent, nous avons déjà contacté les avocats, nous voulons qu’il soit formellement inculpé pour savoir le vrai motif de leur détention » a declaré Mariano Nkogo camarade de deux activites.
L’avocat de deux activistes a présenté le 20 avril dernier un « Habeas corpus » après 72heures de détention sans charges, délai légal de détention à la police, mais jusque là aucune recation de la part des autorités judiciaires.

Enrique Asumu et Alfredo Okenve , président et 2e vice-président de CEID respectivement ont été arrêtés à la demande du ministre de l’intérieur Clemente Engonga Nguema Onguene et du ministre de la sécurité Nicolas Obama Nchama suite à la célébration le 14 et 15 avril dernier le 20e anniversaire de la fondation de CEID.

Les autorités avaient alors reproché aux deux activistes d’avoir organisé les activités alors que leur ONG est "suspendue".

L’ONG dénonce le harcèlement et la violation de la déclaration universelle des droits de l’homme, le pacte international des droits civils et politiques ou encore la charte Africaine des droits de l’homme et des peuples selon un communiqué.

lundi 24 avril 2017

CEMAC-GIZ-Gabon-Guinée équatoriale-OSC: la societe civile du Gabon et de la Guinée équatoriale en formation à Libreville sur les industries extractives du 24-28 avril 2017



 Malabonews-  Libreville-(Gabon)-La deuxième session de formation destinée aux organisations de la société civile du Gabon et de la guinée équatoriale (OSC) impliquées dans le processus de l’initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) a commencé ce lundi 24 avril à Libreville au Gabon sous le thème «  Société civile et contrôle citoyen de l’action civique».
La Guinée équatoriale participe donc à Libreville avec une délégation de près de trente membres aux cotés de leurs frères Gabonais du secteur pour acquérir plus de connaissances afin de mener à bien leur travail pour accompagner leur gouvernement dans cette difficile épreuve d’atteindre le développement en gérant dans la transparence les ressources ou recettes des matières premières que regorgent les pays de l’Afrique centrale comme le pétrole, l’or, le bois ou le gaz
Les participants vont donc pendant cinq jours aborder les sujets comme la société civile et les stratégies de son renforcement pour la promotion de la gouvernance ou encore la problématique ITIE au Gabon : état des lieux, difficultés de mise en œuvre et les perspectives.
Cependant la société civile  peine toujours à ce faire bien entendre auprès des autorités quand il s’agit de jouer  leur rôle car elle est alors accusé de faire le jeu des politiques , c’est dans ce contexte que le représentant du ministre a la cérémonie d’ouverture, Emmanuel Eyeghe Nze, directeur du cabinet du ministre de l’économie a jouer la carte de recadrage de la société civile Gabonaise.
Il a appelé les acteurs de la société civile a la « responsabilité » et d’éviter la « confusion » entre politique et sujets de la société civile. 
« Nous n’empêcherons aucun membre de la société civile  du groupe d’intérêt ITIE de s’exprimer lorsqu’il reste dans le cadre bel et bien défini au départ » a promis le M. Eyeghe Nze.  
Cette deuxième  session de formation des organisations de la société civile (OSC) organisé par le projet de renforcement de la gouvernance des matières premières en  Afrique centrale(REMAP-CEMAC) de la coopération Allemande au développement (GIZ) succède celle de Malabo en guinée équatoriale le 13 au 17 avril et précède la troisième qui aura lieu à Malabo le 22 au 26 mai prochain.
SOM/